> L'usine Technicolor d'Angers ne pourra pas régler les salaires de mai !

    Mis à jour le 28-05-2012 à 16h33 | publié le 26-05-2012 à 16h16

    Par Luciana Ferreira

    L'usine Technicolor d'Angers ne pourra pas régler les salaires de mai !
    Crédit Photo: ©Guillaume Paumier - Flickr

    En image
    Rubrique : Actu Économique
    0 Commentaire(s)
    Réagissez !

    Ce vendredi 25 mai, lors d'une réunion du Comité d'Entreprise, la Direction de Technicolor a annoncé le dépôt de bilan de l'usine d'Angers, ainsi que la cessation de paiement. En outre, la Direction affirme ne pas être en mesure d'assurer le règlement des salaires du mois de mai.

    Vidéo: Technicolor dépose le bilan à Angers 
     

    Le 16 mai, une annonce était déjà apparue dans la presse, recherchant « un ou plusieurs industriels intéressés par la reprise » du site. Les salariés de l'usine, soit environ 350 personnes, ont vivement critiqué ce « bradage » de l'entreprise. Toutefois, Monsieur Pierre Julien, le Président de l'usine d'Angers, affirme que par le biais de cette annonce, 4 personnes ont déjà démontré leur intérêt dans une reprise partielle des activités du site.

    Malgré tout, les syndicats et les salariés ne sont pas rassurés. Ils demandent l'intervention immédiate du gouvernement. Rien d'étonnant, puisqu'avant d'être élu ministre du Redressement Productif, Arnaud Montebourg avait affirmé que le dossier Technicolor serait « l'une de ses priorités » .

    L'usine de fabrication de décodeurs numériques d'Angers vient donc de fermer ses portes. La concurrence asiatique, ainsi que la perte d'un contrat avec France Télécom semblent être les principales causes de l'échec financier de l'entreprise. 

    Selon Patrice Gilbert, représentant de la CFE-CGC, l'entreprise affirme avoir des problèmes financiers, ce qui l'empêcherait d'assurer le paiement des salaires: « Ils ont fait état d'un défaut de paiement de près d'un million d'euros par mois, précisant qu'ils n'étaient pas en mesure de régler les salaires du mois de mai »...

    Pourtant, les salariés n'acceptent pas cette cessation de paiements, affirmant que l'entreprise Technicolor dispose des moyens nécessaires pour soutenir le site d'Angers. D'après les représentants des syndicats, Technicolor devrait s'engager à maintenir l'usine en fonctionnement « le temps qu'il faut pour trouver un repreneur. S'il faut 18 mois, c'est 18 mois »...

    Par le biais d'un communiqué de presse, Technicolor a confirmé ce vendredi, avoir sollicité « l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire auprès du Tribunal de Commerce de Nanterre ».

    Dans l'attente d'une décision du Tribunal, l'intersyndicale de Technicolor a réussi à être reçue mardi prochain par Fleur Pellerin, la ministre déléguée aux PME, qui est rattachée au ministère du Redressement productif. 


    Mots clés : Technicolor, Fleur Pellerin, Arnaud Montebourg, Décodeurs numériques

    Par Luciana Ferreira Réagissez ! 0 Commentaire(s)

    ON EN PARLE AUSSI ICI :

    Partager cette news :

 


    Soyez le premier à donner votre avis !