> Cyberguerre ou Cyberwarfare ! Sommes-nous prêts ?

    Mis à jour le 15-05-2017 à 09h51 | publié le 07-06-2011

    Par La Rédaction

    Cyberguerre ou Cyberwarfare ! Sommes-nous prêts ?Rubrique : Évènements
    0 Commentaire(s)
    Réagissez !

    Comme directement sortie des films de science-fiction, la cyberguerre est arrivée...   

    La cyberguerre, en anglais: cyberwarfare ou guerre informatique consiste en l'utilisation d'ordinateurs et de l'Internet pour mener une guerre dans le cyberespace.

    Aucun pays n'est à l'abri d'une invasion en masse de son cyber-espace ce qui provoquerait la panique générale: l'électricité, l'eau, les transports ne marchent pas. Les transactions financières sont stoppées, les banques, les organismes n'ont plus accès à internet. Très vite, un pays peut se retrouver coupé du monde. Irréel? Pas du tout... Le risque de ce genre d'attaque est de plus en plus grand et probable. C'est la guerre de l'avenir.

    La preuve, les grandes puissances mondiales dépensent maintenant des milliers dans des dispositifs de sécurité. Ils essaient de protéger au maximum leurs réseaux et d'empêcher les attaques des pirates. Récemment Barack Obama et Nicolas Sarkozy ont fait des déclarations préconisant une plus grande protection du cyberespace ainsi que le développement du dit « Droit du Web ».

    Selon un général américain, le pentagone serait l'objet de 6 millions d'attaques chaque jour. Ces chiffres ne sont pas vérifiables, mais ce qui est certain c'est que la guerre maintenant n'a plus de frontières, elle se joue dans le champ virtuel.

    La secrétaire d'Etat Américaine Hillary Clinton a même déclarée que les individus et les pays qui se lancent dans les cyber attaques, devraient être jugés par les tribunaux internationaux. Selon elle: « Une attaque contre un pays devrait être considérée une attaque contre tous ».

    Malgré son apparence surréaliste, la cyberguerre a déjà commencée. La première fois qu'elle a été constatée, c'était en 2007, en Estonie (ancienne république soviétique). A la suite du déplacement d'une statue en hommage aux combattants russes du centre ville de Tallinn vers sa banlieue, l'animosité entre les deux peuples s'enflamme (sachant que ¼ de la population estonienne est d'origine russe). Le lendemain, plusieurs sites publics et privés ont subi des violents attaques. Pendant quelques heures, l'Estonie est restée virtuellement coupée du monde. Quelques jours plus tard, le gouvernement a accusé la Russie d'avoir perpétré les attaques, sous les ordres de Vladimir Poutine.

    En Août 2008, la Russie et la Géorgie s'affrontent pendant quelques jours. Encore une fois, pendant que les chars attaquaient dans les rues, les informaticiens russes faisaient tout ce qu'ils pouvaient pour paralyser le système de commandement Géorgien. Ils ont même réussi à bloquer le site du Président de la Géorgie.

    Même chose dans le conflit israelo-arabe. Les attaques sur le net sont constantes. Chaque côté effectue presque quotidiennement des attaques qui visent bloquer les sites des adversaires.

    Plus récemment, la Chine aussi a été soupçonnée d'avoir perpétré une super attaque contre le moteur de recherche américain Google. Selon les administrateurs de la société, les pirates visaient les boîtes mail des militants chinois des droits de l'homme. Evidemment, Pékin a tout nié.

    Dernièrement en Iran, après les élections, une véritable bataille virtuelle a eu lieu. Le régime réagit violemment à l'encontre des manifestants qui considéraient que le scrutin avait été forgé. Les vidéos font le tour du monde. Cela vient déstabiliser le gouvernement. Celui-ci décide alors de réagir. Il met en place une « cyber armée ». Leur travail? Perturber les communications internet et attaquer les sites des opposants du régime. En revanche, le « mouvement vert » (mouvement d'opposition au régime iranien) mobilise lui aussi des pirates en renfort à l'étranger. Il semblerait même que maintenant, dans les contrôles opérés dans les frontières iraniennes, on demande aux citoyens leur mot de passe Facebook. Le but? Vérifier s'ils se manifestent publiquement contre le système.

    A la suite de tout ces évènements, le Pentagone vient d'avertir que désormais, les attaques informatiques pourront être considérées comme “des actes de guerre”.

    Quelques jours après avoir annoncé leur nouvelle stratégie en matière de cyber sécurité, un officiel américain aurait déclaré (selon le Wall Street Journal): « Si vous éteignez notre réseau électrique, nous nous réservons le droit d’envoyer un missile sur l’une de vos cheminées. » Une déclaration très ambiguë, mais qui montre bien que cette nouvelle « menace » est prise trés au sérieux.

    La cyberguerre est à l'ordre du jour. Les gouvernements commencent même à en parler et à assumer leurs moyens de défense. La Chine a reconnu l’existence d’une cellule de guerre électronique, tandis que le Royaume-Uni a annoncé son intention de se doter d’un arsenal offensif pour défendre ses infrastructures critiques.

    Les questions liées à la sécurité d'internet ont déjà été posées, notamment lors du e-G8 (n'hésitez pas à lire notre article à ce sujet) . Mais là encore le dilemme est de savoir si le développement de cette « protection » et de cette « sécurité » des réseaux ne permettra pas aux gouvernements d'utiliser ce pouvoir de façon à contrôler internet à leur propre gré, portant ainsi attente à la liberté d'expression, qui a toujours été la base et la force du web.

    Et vous, qu'en pensez-vous? Sommes-nous prêts à la cyberguerre? Et le développement de la sécurité, un mal en soi ou un mal nécessaire?


    Mots clés : Cyberguerre, Cyberwarfare

    Par La Rédaction Réagissez ! 0 Commentaire(s)

    Partager cette news :

 

    Ajouter un commentaire pour cette news

    Pour ajouter un commentaire, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous et de cliquer sur Ajouter un commentaire. Si vous ne désirez pas laisser de commentaire, cliquez ici.


    Vous n'êtes pas connecté...


    Votre nom : Votre nom ne sera pas publié.
    Votre prénom : Votre prénom sera publié.
    Titre :
    Commentaire :
    Code de vérification :
    • Merci de recopier le code affiché ci-dessus.
    Ce code nous permet de lutter contre le SPAM.




    Soyez le premier à donner votre avis !